Bas- Congo : « soupu na tolo », la boisson forte bon marché qui tue

0
171
Photo Internet

 

Photo Internet
Photo Internet

Incapable de s’acheter une bière, les habitants du Bas Congo se rabattent sur une boisson moins chère  dénommée ‘’ Soupu na tolo’’. Très forte, elle emporte des vies humaines. 

Dollar Mabiala a été mis en terre le Mercredi dernier. 51 ans, ce portefaix était très connu au parking, rond point Radio Télévision Nationale Congolaise (Rtnc) Kinkanda à Matadi à 365 km de Kinshasa. Il dégageait à tout moment l’odeur de la bière, titubait et monologuait. ‘’ Il avalait 1 à 2 litres de ‘’ soupu na tolo  journellement.’’, se souvient  Maître Alain, un autre portefaix de ce parking. Cette boissonest une variante de la marque « whisky » en petit format, qui fait désormais l’objet d’un commerce florissant. ‘’ Elle nous paie car  les gens la préfèrent et son écoulement est rapide.’’, avoue Fabrice Kiwa, un vendeur. Ce dernier écoule jusqu’à 2 litres par jour. C’est de l’alcool de 45% de volume vendu  généralement dans les magasins des libanais à 2.500fc (2,7$). Les commerçants la  revendent dans des étalons de 100fc (0,1$). D’autres achètent de l’alcool de bon goût qu’ils mélangent  à des stupéfiants. Dans les différentes cités et villes du Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa ‘’ Soupu na tolo ‘’  se vend à découvert sur des étals. ‘’ Au lieu de dépenser 1200 fc (1,3$) pour une bière qui te donne difficilement une cuite, je prends mes 4 mesures pour 400 fc qui me font du bien.’’, déclare Serge, un jeune homme.  Comme à Dollar Mabiala, cette boisson fait plus de mal que du bien. Parfois, certaines personnes pissent dans leurs pantalons quand elles en prennent. D’autres tombent raides morts. Psychiatre, Dr Robert Niati explique : ‘’ La prise de cette boisson à forte dose d’alcool peut conduire à l’overdose qui est l’une des principales causes de mortalité.’’.  

A Boma, deuxième ville du Bas-Congo, le ‘’ Soupu na tolo ‘’, vient d’être interdit. Dans la capitale de la province, Jean-Marc Nzeyidio, le Maire prévoit une sensibilisation puis des mesures draconiennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.