Bas-Congo : toujours mal lotis, les enseignants promettent de boycotter la rentrée des classes

2
58

 

Marche/Infobascongo
Marche/Infobascongo

Au Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa, pas de rentrée de classe ce lundi. Et pour cause : les maux qui rongent le secteur de l’enseignement  dont le manque d’uniformité de salaire pour lesquels le gouvernement ne trouve pas de solutions. La synergie des syndicats de la Rd Congo basée à Matadi a décidé ainsi  au cours de  la rencontre qu’elle vient d’avoir avec les autorités politico -administratives  de Matadi à Fatima  dans la commune de Mvuzi.

 

‘’ Aussi longtemps que le salaire ne sera pas uniformisé, il n’y aura pas de rentrée de classe  dans les écoles publiques’’, a déclaré Simon Nsilulu, Secrétaire provincial du Synecat. Ces enseignants ont maintenu leur position du départ qu’ils véhiculaient à travers une pétition qui disait : ‘’La rentrée scolaire 2010-2011 pour les enseignants est renvoyée à la paie du 20 Septembre par solidarité aux enseignants des provinces dont les salaires uniformisés doivent être payés à cette échéance’’. Si le salaire d’un enseignant de Kinshasa est 49.000fc (5 3$) celui du Bas-Congo ou d’autres provinces est de 30.000fc (30$). La synergie signale aussi que les enseignants de Kinshasa ont aussi d’autres avantages propres à eux.

 C’est notamment en réponse  au gouvernement provincial qui avait demandé hier aux enseignants de renouer avec la craie.

Depuis Juin 2007, le gouvernement central avait promis uniformiser les salaires des enseignants. Cela a été repoussé à  Juillet 2010 puis au 20 Septembre 2011. Pour Nlandu Mayangi, un enseignant de l’école primaire Luzolo de Matadi, ‘’L’idée de cette date est de susciter en eux un espoir qui puisse les motiver à enseigner mais qu’en réalité rien ne se fera’’, a –t-il dénoncé.

Maire de Matadi, Jean-Marc Nzeyidio qui reconnait que les préoccupations  des enseignants sont fondées leur a fait savoir que l’option de la grève n’est pas la bonne

Autres revendications,’’ le manque de paiement de certains enseignants faute de numéros matricules, la modicité de salaire, l’exploitation des parents à qui il est imposé dans des écoles l’achat des fournitures, des tenues de gymnastique…à des prix élévés,le versement des frais de motivation des enseignants…’’.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.