Le journaliste sportif et formateur Faustin Fwasa s’en est allé

1
31

Faustin Fwasa tire sa révérence vendredi 11 février à Kinshasa, à l’hôpital Astrid où il était interné. Il laisse son compagnon Kabulo muana Kabulo avec qui il commentait régulièrement les matches surtout de l’équipe nationale sur la chaîne publique .

‘ Mais nooooon Fwassaaaaa!, ce n’est pas possible !  » Cette exclamation du journaliste Kabulo quand un joueur manquait le cadre où faisait preuve de nonchalance pendant que les deux commentaient les matches, devenue un refrain, restera à jamais.
Homme de grande culture, Fwasa savait peindre dans ses commentaires, des villes, des pays et leurs particularités comme s’il y avait vécus. Il connaissait les petites histoires amusantes des joueurs qui pimentaient ses commentaires. Enseignant à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (Ifasic) où il a lui-même étudié parmi les premières promotions alors ISTI (critique littéraire et politique de 1978 à 1983) et directeur de l’institut congolais de l’audiovisuel de la chaine nationale, consultant en journalisme, il a formé plusieurs professionnels des médias. Ce journaliste de renom a suivi plusieurs formations à l’étranger. La toile lui rend hommage.
 » Le duo Fwasa Tombisa-Kabulo va tellement nous manquer. Le sport congolais en deuil  », regrette Émile Eugène.  » Oh mon Dieu vraiment le vieux kabulo vient de perdre un frère
Ah vieux tu es parti sans voir la RDC aller à la coupe du monde.
Repose en paix »,
prie Archipe Nitu.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.