Kongo central : les agents et cadres de la division provinciale du plan sèchent leurs bureaux

0
1139

Après plusieurs démarches administratives non concluantes pour obtenir l’amélioration de leurs conditions de vie, les agents et cadres de la division provinciale du plan du Kongo central déclenchent un mouvement de grève radicale.

A la division provincial du plan, des rameaux sont perceptibles, des bureaux fermés, des sifflets et vuvuzela retentissent. “Nous fustigeons depuis un certains moment un comportement qui a pris racine, qui a pour source la volonté politique, et qui de l’autre côté, continue à gangréner nos vies, à nous exposer et nous sommes aujourd’hui levés, unis,afin de mettre fin à ce traitement discriminatoire. Et nous comptons aller avec ce mouvement jusqu’à la satisfaction exclusive de nos démarches”, tient mordicus un des grévistes. “Nous sommes aujourd’hui incapables, nous en tant que jeunes de nous organiser, de préparer le mariage, d’acheter même une parcelle. C’est notre vie qui est dans la misère, raison pour laquelle nous revendiquons pour qu’une solution soit trouvée”, s’indigne un autre.

Revendications

Dans un mémorandum lu devant la presse locale, adressé au ministre du Plan, ils réclament :“l’uniformisation du taux de la prime de planification ; l’alignement à la prime spécifique ; le respect du quota lors de la mécanisation des non payés ; l’accès aux soins de santé de base comme ceux de Kinshasa”. “Nous revendiquons l’uniformisation de la prime de planification. Il est inconcevable que Kinshasa puisse bénéficier cinq fois plus la prime par rapport à nous qui sommes au niveau de la province. Il est aussi inconcevable de voir Kinshasa bénéficier de la prime dénommée “prime de brousse ” pendant que Kinshasa n’est pas une brousse et cette prime là, les provinces n’en bénéficient jamais. Le mal a trop duré”, s’insurge un autre gréviste.
En province, un ATA1 touche à peine une prime de 250 000 francs (122 dollars), contrairement à celui de Kinshasa qui perçoit 1 393 000 francs (682 dollars). Des chiffres qu’avancent les manifestants.

Les PDL 145 territoires en péril ?

Ce mouvement de grève observées à travers les 25 divisions provinciales du plan à l’instar de celle du Kongo central, peut-il avoir des répercussions sur le programme de développement local (PDL)des 145 territoires ? “Ce projet est en danger au niveau de toutes les provinces parce que le plan joue un rôle très important. C’est un ministère vraiment pilote et qui est au centre de tout”, répond un manifestant. “Il n’y aura pas un suivi rapproché sans l’implication du plan. Les sectoriels peuvent travailler, la santé, l’éducation peuvent intervenir mais sans le plan, ils savent à quoi va ressembler le résultat”, complète un autre. Ce programme choyé par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo,a pour but de combattre la pauvreté et les inégalités sociales. En province le ministère du plan occupe le secrétariat technique, le chef d’antenne, la vice présidence ainsi que le secrétariat technique.