CAN Football U-17:Les Congolais de Goma jaloux et fiers

0
73

(Syfia Grands-Lacs/RD Congo) Durant la Coupe d’Afrique des Nations de football des moins de 17 ans qui s’est déroulée au Rwanda en janvier, des supporters congolais sont allés suivre les matchs à Gisenyi au Rwanda. Jaloux du stade municipal de cette ville, ils étaient fiers qu’il ait été rénové… par un ingénieur congolais.

Dès l’ouverture de la CAN des moins de 17 ans, le 8 janvier, c’était l’effervescence à la frontière entre le Rwanda et la RD Congo. Dès 12 heures, les jours de compétition, les amateurs congolais du ballon rond ont pris d’assaut les guichets de la Direction générale des migrations à Goma, chacun exhibant sa carte d’identité ou tout autre document en guise de sésame. Ceux qui ont été autorisés à passer ont été d’emblée émerveillés par le nouveau stade Umuganda de Gisenyi, où se déroulaient les matchs d’ouverture de la compétition.

Fierté et regrets

Pour les Congolais qui connaissaient l’ancien stade, c’est l’étonnement devant ce complexe sportif. « Depuis quand le stade a-t-il été réfectionné?« , s’interroge un supporter congolais. « Les travaux ont été réalisés il y a trois mois, avec l’expertise d’un ingénieur de Lubumbashi« , confirme l’un des officiels de la Fédération rwandaise de football.

Malgré sa faible capacité d’accueil, le stade répond parfaitement aux normes des instances internationales du football. « Il faut reconnaître que les Rwandais ont fait des efforts pour réaliser des équipements modernes. Une pelouse synthétique, une tribune centrale spacieuse, des gradins propres, une aire de jeu bien protégée… Chapeau les voisins rwandais ! », s’exclame Michel Bengeya, un supporter congolais, qui se demande pourquoi une telle réussite n’est pas possible dans son pays. « Pourquoi les Congolais ne travaillent-ils pas aussi bien chez eux?« , s’interroge-t-il.

Les commentaires fusent et un autre amateur de football regrette pour sa part l’absence de stade digne de ce nom dans une ville comme Goma. « Nous avons l’espace et les moyens, mais il manque la volonté et la détermination de la part de nos autorités« , souligne-t-il, promettant d’interpeller le maire de Goma, venu suivre le match du jour depuis la tribune d’honneur.

Loin de cette frustration teintée de jalousie, d’autres Congolais préfèrent voir dans la réussite de leurs compatriotes à l’étranger, un motif de satisfaction. « À tort ou à raison, on nous impute de nombreux défauts. Il nous arrive aussi de briller ailleurs. Ici même, il y a des Congolais compétents : photographes, interprètes, choisis par les organisateurs de cette compétition« , souligne Robert Chamwami Shalubutu, journaliste de la Radio Télévision nationale congolaise (RTNC) à Goma. Il n’oublie pas de rappeler avec fierté que Kabulo, directeur des Sports à la RTNC, figure parmi les responsables médias désignés par la Confédération africaine de football (CAF), pour ce tournoi au Rwanda.

Selon Radio Okapi, l’ingénieur auteur de l’ouvrage serait disposé à réaliser le même type de travail au Congo, si les autorités font appel à lui.

Alain Wandimoyi  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.