Bas-Congo : moins de témoins des partis politiques aux centres d’enrôlement

6
71
Un bureau d'enrolement/infobascongo
Un bureau d'enrolement/infobascongo

Moins de témoins des partis politiques au Bas-Congo au sud-ouest de Kinshasa dans les centres d’enrôlement où  la commission électorale indépendante(Cei) a démarré l’opération révision du fichier électorale. Les partis politiques n’ont pas de moyens.‘’Sur plus ou moins 430 partis politiques reconnus, 9 seulement ont envoyés des leurs témoins aux centres d’enrôlement de Matadi, 7 à celui de Mbanza-Ngungu et un peu moins dans d’autres centres.’’, constate un responsable de la Cei.

Pourtant, la loi exige la présence des témoins. ‘’ Cela permet à ces derniers de desceller les fraudeurs  et rassure les partis politiques sur la transparence’’, claironnait Mgr Tekasala, Coordinnateur provinciale de la Cei dans un média de Matadi à 365 Km de Kinshasa.  Auparavant,cette commission qui a constaté l’absence des témoins de la plupart des partis politiques a repoussé jusqu’au 15 juin,l’envoie de leur liste( témoins).

 Selon un responsable d’un parti politique, il est difficile d’affecter des témoins aux différents centres car, soutenir financièrement 25 militants pendant 3 mois impliquent beaucoup d’argent.  Mabaro Mabanga, Secrétaire exécutif du Mouvement de libération du Congo (Mlc) qui reconnaît aussi cette difficulté s’est investi pour que son parti y affecte des témoins. ‘’ C’est le prix à payer si nous voulons que tout se passe bien’’. Il se rendait rencontrer une des responsables du Mlc Matadi pour motiver leurs militants. ‘’ C’aurait été si simple si les nôtres se trouvant à l’Assemblée par exemple cotisaient régulièrement’’, se lamentait un autre militant du Mlc.

Cette préoccupation est aussi celle de Deo Nkusu, le Vice-gouverneur qui a visité quelques centres de Matadi. ‘’ Sans la culture des cotisations, les partis politiques n’y peuvent rien’’, soutient-il. Pour lui, les militants doivent aussi savoir se surpasser.

Cependant, le responsable d’un bureau de représentation ne comprend pas que même certains partis politiques de ‘’renom’’ n’aient pas répondu à l’appel de la Cei à affecter leurs témoins. S’agissant d’autres partis, il pense qu’ils n’existent que de nom. Selon Mabaro, ‘’beaucoup parmi eux espérer à un quelconque financement de la part du gouvernement central qui malheureusement  n’est jamais arrivé’’.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.