AWF appelle les agents de l’État œuvrant aux postes frontaliers du Kongo central à être des ambassadeurs de la protection de la faune en RDC

0
755

African Wildlife Foundation (AWF) fait de la lutte contre la criminalité faunique son cheval de bataille en RDC. Comme l’aéroport international de Djili, le port de Matadi, au Kongo central, favorise la sortie d’espèces sauvages et/ou leurs spécimens à l’extérieur du pays. Pour mener à bon port cette lutte, AWF a formé des agents de services étatiques commis aux frontières en vue d’assurer la protection de la faune.

Pendant cinq jours à l’hôtel Ledya, ils ont suivi une formation axée sur “l’assistance judiciaire et les poursuites en matière des spécimens sauvages, et ont renforcé l’application de la loi en améliorant l’identification des espèces et des spécimens sauvages”. Deux principales thématiques développées en plusieurs sous thèmes par des experts de AWF, de l’Institut national de conservation de la nature (ICCN), de juriste pour l’environnement au Congo (Jurec)… “Nous avons voulu mettre au premier plan les agents de l’État qui sont dans un contact direct avec les produits qui vont à l’exportation et parallèlement à l’importation notamment l’Office congolais de contrôle(OCC) et la Direction générale des douanes et acsises(DGDA). Et comme ces commerces sont exercés par des personnes, nous avons aussi impliqué la Direction générale de migration(DGM) parce qu’au cas où il y aurait un besoin de pouvoir identifier les personnes, elle pourrait nous être d’une extrême utilité. Egalement de l’Office national des transports(Onatra) comme autorité de gestion du port là où les activités illégales se commettent”, explique Joe Kassongo, Chargé d’application de la loi.

Enrichissante formation

Formés ces agents bénéficieront de l’accompagnement de l’AWF afin d’opérer périodiquement des investigations conduisant à des saisies qui pourraient déboucher aux arrestations des trafiquants et les ester en justice. Justin Mbambi, chef de section bois à l’OCC s’y engage. “C’est enrichissant ce que nous venons d’apprendre. Ça nous a aidés à comprendre maintenant que nos forêts sont dévastées et nous perdons nos animaux. Notre travail est de freiner ce mouvement de braconniers sinon nous allons perdre toutes nos bêtes, les espèces en extinction”. Par contre Paul Kilufya Wa Kilufya, sous Directeur de la brigade douane de la DGDA qui prêtait sa voix au reste des participants les encourage à vulgariser les différentes matières reçues au cours de ces assises à leurs collègues qui n’en ont pas bénéficiées.

Dans l’entre-temps, AWF attend des participants d’être ambassadeurs de la protection de la faune en RDC. Tous ont reçu des brevets de participation sanctionnant la formation.