Le développement industriel et la productivité, deuxième pilier de la vision de Fabrice Ngiadulu, candidat sénateur au Kongo central

0
478

Candidat à l’élection sénatoriale du 29 avril au Kongo central, Fabrice Ngiadulu est porteur d’une vision pour un Kongo central uni et fort. Focus sur le deuxième pilier de cette vision: Le développement industriel et la productivité.

Pour Fabrice Ngiadulu, « le développement industriel et productif du Kongo central passe notamment par l’augmentation de la valeur des exportations traditionnelles des produits de base. Une hausse des exportations de l’ordre de 25% par an permettra à la province de créer de la valeur ajoutée et la hausse des revenus.
Le Kongo central, ajoute-t-il, doit se transformer en une économie de services. »
« L’amélioration de la qualité et l’élargissement de la gamme de services utilisés comme intrants devront très largement contribuer à ce que les exportations des marchandises soient plus compétitives », entrevoit-il.
Il faut pour cela promouvoir et développer les industries.
Les cimenteries, sociétés pétrolières, minoterie et sucrerie, principales industries locales du Kongo central ne permettent pas à la province de gagner plus en terme de revenus et ainsi se prendre en charge.
Fabrice préconise comme solution « la création des zones industrielles spéciales (ZIS) et la promotion de l’entrepreneuriat. »
Mais cette option ne suffit pas selon lui. Il entend également « diversifier la production et accélérer la croissance économique ».

Susciter la compétitivité

En RDC, les coûts élevés de l’énergie, des télécommunications, de la logistique et des finances nuisent à la compétitivité des entreprises locales et les empêchent de diversifier leur production et leurs exportations. Pourtant une production diversifiée accélère la croissance économique. Fabrice Ngila propose « l’ exportation ou l’importation de nouveaux produits (biens et/ou services), exportation ou importation de produits existants vers ou en provenance de nouveaux marchés et l’amélioration de la qualité de produits exportés ou importés. »

Vivement la production industrielle

Fabrice Ngila propose également « d’améliorer la performance du secteur minier de la province ».
Il s’agit essentiellement pour le Kongo central de passer de la production artisanale à la production industrielle.
Pour le candidat n°46, la province doit à tout prix exploiter son sous-sol. Avec ses 321 carrés miniers dont 181 seulement exploités, selon une étude faite en 2016, le sous-sol du Kongo central regorge des métaux de base de la paragénèse dont le cuivre, les métaux réfractaires comme le vanadium, les substances minérales rare comme le platine et le germanium, les métaux légers comme la bauxite et plusieurs autres types de minerais, la plupart localisés à Mbamba Kilende dans le territoire de Madimba.
« L’exploitation de ces ressources va générer des emplois et développer la province tout en réduisant la précarité dans laquelle vit la population, estime Fabrice Ngila. Le retour des investisseurs est un des préalables à cette exploitation. »

Accroître la production

Le Kongo central est une province à vocation agricole mais Fabrice Ngila pense « qu’il faille accroître la production agricole, pastorale, halieutique ainsi que l’agro-transformation pour positionner la province comme première puissance économique agricole de la RDC ». Le candidat sénateur veut « initier plusieurs actions pour y parvenir ». Il s’agit, entre autres, de développer des routes de desserte agricole; créer un grenier provincial; créer dans chaque territoire un institut de recherche agricole en collaboration avec des ONG locales; relancer les sociétés de pêche; moderniser l’agriculture, l’élevage et la pêche, etc

Autre chose, la promotion de la recherche et la création d’un environnement adapté aux performances technologiques nouvelles, à la révolution du numérique, à la création et à l’innovation.
« Là également, nous allons mener des actions notamment de recherche et de l’innovation; de renforcement de capacités en technologies numériques; de promotion de l’entrepreneuriat numérique; de développement de l’infrastructure numérique et connectivité. »

Réduire la dépendance

Le deuxième pilier de la vision de Fabrice Ngila s’appuie enfin sur le renforcement de la résilience notamment de l’économie locale pour une gestion efficace. Pour renforcer cette résilience, il est question de réduire la dépendance à un seul secteur (l’agriculture), renforcer des mécanismes de transparence et de reddition de comptes dans la gestion financière et créer un environnement favorable à l’investissement et à la croissance des entreprises locales.

A découvrir prochainement le pilier 3 de la vision du candidat sénateur Fabrice Ngiadulu Ngila, « le social et le structurel ».