Matadi : formation des enseignants de l’EPST à l’intégration du genre, à la SSR, au VIH et aux droits humains dans les enseignements

0
539

Amener les jeunes et les adolescents à bénéficier d’une éducation à la vie familiale de qualité et à la santé sexuelle et reproductive de qualité est l’autre paire de manche de l’enseignant congolais pour leur épanouissement. A Matadi, dans le Kongo central, une soixantaine d’enseignants de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) élargissent leurs connaissances sur l’intégration du genre, la santé sexuelle et reproductive (SSR), le VIH et les droits humains dans les enseignements pendant trois jours à Vivi Palace Hôtel.

Ces assises qui s’ouvrent ce lundi 20 novembre connaît la participation des inspecteurs, des enseignants du niveau primaire et secondaire, 60 au total, avec une forte participation féminine. “Comme vous le savez tous, les adolescents et les jeunes constituent un groupe vulnérable qui mérite toute notre particulière attention. Pour ce faire, ils doivent avoir les informations sûres et fiables en matière de la santé sexuelle et reproductive et à l’éducation complète à la santé pour leur garantir une vie meilleure et épanouie. C’est cette tâche qui vous revient en tant qu’enseignant et cette tâche ne peut se faire sans la formation ni renforcement de vos capacités et cela dans toutes les provinces éducationnelles sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo”, précise Vyanet représentant du directeur, chef de service à la Direction de l’éducation à la vie courante.

Changer de comportement

Les participants à ce forum sont invités à devenir de véritables vecteurs de changement de comportement en faveur de la promotion du genre, de la prévention des problèmes liés à la santé sexuelle et reproductive des jeunes et adolescents dans les écoles en province. “Vous conviendrez certainement avec moi que l’éducation à la vie familiale est un processus d’enseignement et d’apprentissage fondée sur un programme portant sur les aspects cognitifs, émotionnels, physiques et sociaux de la sexualité. Elle vise à doter les enfants et les jeunes des connaissances factuelles, d’aptitudes et de valeurs qui leur donneront les moyens de s’épanouir dans le respect de leur santé, de leur bien-être et de leur dignité ; de développer des relations sociales et sexuelles ; de réfléchir à l’incidence de leur choix sur le bien-être personnel et sur celui des autres et en fin de comprendre et de défendre leurs droits tout au long de leur vie”, détaille Jolie Masika au nom du représentant de l’UNESCO en RDC.

Le but ultime de cette formation est de “réduire de manière soutenue les nouvelles infections au VIH, les grossesses précoces et non désirées, les violences basées sur le genre et le mariage d’enfants”. Ce forum est organisé par le ministère de l’EPST avec l’appui technique et financière de l’UNESCO. Il s’étend jusqu’au 22 novembre.