Portrait: « Je tâcherai de promouvoir la justice, socle du développement. »

0
118
séance de prestation

 

séance de prestation
séance de prestation

Jeune et dynamique, Patrick Bengo se compte désormais parmi les hommes en toges de la province. Il vient de prêter serment  à la Cour d’Appel de Matadi à 365 km de Kinshasa.  Il a des ambitions.

 Proprement vêtu en toge, il jure de respecter la constitution, d’obéir à la loi, d’exercer la défense et le conseil avec dignité…’’. Ce serment lui permet d’être inscrit à la liste de stage des  avocats du barreau de Matadi. C’est après avoir réussi au test organisé par le Conseil de l’ordre que l’ accès au barreau lui est permis. Amis, connaissances et membres de famille sont venus partager sa joie. ‘’ Je tâcherai de promouvoir la justice, socle du développement.’’, a-t-il déclaré.  Il paraphrase un expert qui vient de révéler que,’’ la contrebande et la fraude en RD Congo fait échapper plus de 24 milliards de $ au trésor public. Pour lui, c’est de l’argent qui devrait servir pour asphalter les routes, payer convenablement les militaires,les enseignants…

Premier d’une fratrie de cinq enfants, Me Patrick Bengo a  34 ans. Il  a fait le droit économique et social à l’université protestante du Congo à Kinshasa, sa ville natale. ‘’ J’ai choisi cette science. Car, elle est au centre du monde. Etre juriste, c’est défendre les intérêts des autres. C’est ce à quoi, je veux militer.’’.

Ambitieux                     

Cependant, la vision de ce jeune plein de vigueur n’a que peu durée. Il a abandonné  le cabinet de son maître Eleyi où il travaillait comme défenseur judiciaire pour  le gouvernorat du Bas-Congo. Il y preste en tant que  Secrétaire particulier de Deo Nkusu, Vice-Gouverneur. C’est à cette tâche qu’il s’emploie  depuis 5 ans. Cependant, Bengo fils comme beaucoup l’appelle, se voit limité dans ces gestes et déclarations. Pourtant, il pense qu’il est capable d’apporter sa pierre à l’essor de sa province. ‘’ Je suis dans un cabinet politique. La discipline à observer est une astreinte. En devenant avocat, cela me donne du poids et des opportunités.’’, explique-t-il. C’est à cela qu’il lance : ‘’ Je veux faire la politique.’’. A la question de savoir quel poste envisage-t-il de briguer, il esquisse un sourire et se rebiffe : ‘’ Je le garde pour moi.’’. Marié à une vénus, juriste elle aussi de qui il a déjà eu deux enfants, il nourrit l’espoir d’un Congo meilleur : ‘’ C’est avec la nouvelle génération que ce pays peut s’élever sur un piédestal. Nous pouvons apporter le vent de l’intégrité, la justice et surtout la bonne gouvernance.’’, soutient-il.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.