Moïse Katumbi interdit d’entrer au Kongo central pour son ballet politique

0
3284

Le leader d’Ensemble pour la République ne va finalement pas accéder au Kongo central pour déployer ses activités politiques. Son cortège n’a pu entrer en province suite à un barrière érigé à Mitendi, mardi 23 mai.

“Je viens dans le Kongo central où est le problème. Je suis un étranger ?” Les premiers mots prononcés par Moïse Katumbi, président d’Ensemble pour la République. Empêcher d’accéder au Kongo central pour sa tournée politique. Il rencontre un disposition militaire qui bloque le passage à son cortège au niveau de mitendi, à l’entrée du Kongo central. “C’est une déception énorme et c’est désolant pour notre pays, pour les Congolais que nous sommes. Cette manière de torpiller la démocratie est vraiment désolant. L’article 30 de la Constitution de notre pays est vraiment violé publiquement. La liberté de circuler est maintenant privée aux Congolais. Moïse Katumbi ne mérite pas ça. La démocratie est tombé trop bas. Les pratiques antidémocratiques ne devraient pas avoir jour au Congo et surtout que celui qui est au pouvoir maintenant s’appelle Félix Tshisekedi Tshilombo. Cette obstruction à Moïse Katumbi est anticonstitutionnelle”, s’indigne Me Désiré Kasongo, Chargé des questions juridiques et stratégies politique de l’Ensemble pour la République du Kongo central. Martin Fayulu,un opposant est lui aussi indigné. Pour lui, »le pouvoir de Kinshasa vient de depasser les bornes”.

Journée gâchée

Mardi 23 mai, une journée qui devrait marquer l’ouverture d’un ballet politique, au Kongo central pendant une semaine. Moïse devrait tenir des meetings à Kasangulu, Kimpese, Mbanza Ngungu, Boma, Muanda, Tshela. La veille ,le conseil provincial de sécurité restreint ce safari. “Vous veillerez à vous conformer aux conditions suivantes fixées à l’unanimité des membres du conseil provincial de sécurité restreint : accepter le report de vos activités de 48 heures ou 72 heures à dater de la notification de la présente, limiter les activités à une seule journée, limiter les activités à un lieu déterminé tenant compte des impératifs sécuritaires…”, écrit Guy Bandu, gouverneur du Kongo central, au Coordonnateur adjoint provincial chargé de la formation idéologique et mobilisation d’Ensemble de Moise Katumbi. Ce qui ne favorise pas l’État de droit prôné par le chef de l’État ,revient à la charge Désiré Kasongo. “Ce qui s’est passé aujourd’hui n’a rien avoir avec l’État de droit et cela n’aide pas le chef de l’État”.

Malgré cette interdiction Moïse Katumbi tient à s’adresser aux Ne-Kongo dans les prochains jours. Dan l’entre-temps, le gouverneur est appelé urgemment à Kinshasa par le ministre de l’Intérieur et affaires coutumières.