À Lukala, plusieurs ménages visités par des bandits armés

0
622

Dans la nuit de lundi à mardi 06 février 2023, dans le territoire de Mbanza-Ngungu, au Kongo central, des habitants de lukala sont visités par des criminels armés.

Lukala, cité contiguë à kimpese connaît aussi l’insécurité. Quinze bandits à mains armées font des incursions dans plusieurs maisons. Dans celle de Domi, du pasteur Gerry Mubeto, du préfet khonde et de ses locataires, ils emportent de l’argent et des biens de valeur. Ronsard Batukeba du quartier Cilu a lui vu sa voiture vandalisée. D’autres maisons sont mis à sac.Une personne est touchée par une balle. Elle est internée dans une structure médicale. Au moins six ménages sont pillés.

Se prémunir

Après avoir enregistré ces cas de criminalité, l’administrateur du territoire de Mbanza-Ngungu a effectué une descente à Lukala accompagné par une délégation de la police venue de Matadi, conduite par le colonnel Babu. Il a rassuré les habitants que des stratégies sont prises pour leur sécurité. « De loin à Mbanza-Ngungu, je suivais la situation et je donnais des orientations pour que ce qui s’était passé à kimpese, ne se passe pas à Lukala »,apaise Willy Mankumbani, administrateur du territoire de Mbanza-Ngungu. A Lukala , il a échangé avec les autorités locales et de la police sur entre autres, les effectifs des éléments de la police et leurs équipements, leur prise en charge et la collaboration entre la population et la police.

Cela rassure les habitants. »Nous sommes satisfait parce que les autorités sont descendues sur le terrain avant que le pire n’arrive, parce que, gouverner c’est prévoir »,se réjouit Vaneste Nsemi, membre du conseil des jeunes. » Augustin Mpasi, coordonnateur locale de la Nouvelle société civile congolaise de lukala est encore dubitatif . Il veut que « les autorités soient pragmatiques ».

Fin janvier, des habitants de Kimpese,cités jouxtant ceux de Lukala ont organisé une marche pour dénoncer l’insécurité. Les échauffourées avec la police ont causé la mort de sept personnes. L’empressement des autorités locales et de l’administrateur du territoire consiste à éviter tout danger.