Élections des gouverneurs et des sénateurs en RDC, Firmin Mvonde va-t-en-guerre contre la corruption

0
296

En prélude des élections des gouverneurs couplées aux sénateurs en RDC, prévues le lundi 29 avril prochain, Firmin Mvonde, procureur général près la Cour de cassation, veut réprimer la corruption. Il enjoint aux présidents des Cours d’appel à travers la République, « de s’activer pour “contrer ces habitudes rétrogrades”, au travers d’une correspondance datée du 15 avril.

“J’attire à nouveau votre attention pour vous demander de vous activer à contrer ces habitudes rétrogrades, à priori lors du déroulement dudit scrutin et a posteriori pour mettre l’action publique en mouvement pour des cas de corruption suspectés ou avérés dont vous avez connaissance d’une manière ou d’une autre”, écrit le procureur Firmin Mvonde.

Il veut prévenir la corruption qui caractérise en RDC les élections des gouverneurs et des sénateurs.

Démasquer corrupteurs et corrompus

Lors de ces élections, plusieurs députés provinciaux touchent des pots -de-vin. Ce que décide de combattre le procureur. Il invite les présidents des Cours d’appel « à prendre langue avec les responsables locaux de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sans s’immiscer dans le déroulement du scrutin électoral pour mettre en place une organisation qui permette de démasquer des actes susceptibles de concourir à la réalisation des faits infractionnels en veillant notamment sur l’interdiction du port de téléphone portable ou de tout objet pourvu de caméra”. Pour lui, “la procédure de flagrance sera l’unique voie de mise en branle des poursuites”.

Difficile lutte

Me Ariane Nkuanga, avocate au barreau du Kongo central et cadre d’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi parle « d’une initiative louable mais difficile à prouver ». “Ce sont des choses qui se font en cachette souvent. Ça serait très difficile de prouver qu’il y a eu corruption surtout pendant la période de la campagne. Mais durant ces deux jours, les candidats ainsi que les grands électeurs, ils auront le temps de se côtoyer pour le programme, ils peuvent faire passer cela. La corruption, c’est déjà bien avant. Du moins, nous saluons quand-même son sens parce qu’il est en train de lutter contre la corruption qui est à la base de la non gouvernance. A cause de la corruption en lieu et place d’élire un gouverneur ou un sénateur capable de représenter la province ou bien capable de bien gérer la province, on ne sait pas le faire parce qu’on se dit qu’on privilègie tel parce qu’il a de l’argent”, pense-t-elle.
Selon plusieurs sources,les députés monnaient leurs voix à 30.000 dollars. Beaucoup parmi eux perçoivent de l’argent de plusieurs candidats.