spot_img
jeudi, avril 25, 2024
More
    spot_img
    AccueilA la uneKwilu-Ngongo : l'AT Willy Makumbani Ndombele déterminé à démanteler le banditisme

    Kwilu-Ngongo : l’AT Willy Makumbani Ndombele déterminé à démanteler le banditisme

    -

    L’administrateur du territoire de Mbanza-Ngungu dresse un constat amer de l’altercation entre les policiers et les habitants qui a entraîné mort d’hommes à Kwilu-Ngongo découlant du banditisme. Willy Makumbani Ndombele est décidé de démanteler ce fléau dans sa juridiction.

    “Le constat est vraiment amer. C’est désolant de voir ce qui s’est passé. Certaines choses vraiment inhumaines que nous constatons maintenant. C’est un sabotage ce qui se passe parce que depuis que je suis saisi de la situation, je me suis dit que je dois palper la réalité. J’ai eu toute l’histoire de l’assassinat de ce papa (Christophe Mbuilu tué à une heure du jeudi 28 mars dernier, Ndlr). C’est une bande de Kulunas (Racketteurs, Ndlr) déjà bien organisée. Ce sont des voleurs à main armée qui sont bien identifiés. Et selon les informations recueillies auprès des victimes, ce sont des personnes vêtues en tenue de la police, elles étaient tous cagoulées, on ne sait pas distinguer si ce sont vraiment des policiers. Mais aussi, il faut ajouter que certains avaient des armes de guerre et d’autres des calibres 12”, explique Willy Makumbani Ndombele.

    Démanteler le réseau de criminels

    Ce bras de fer entre les policiers et les habitants de la cité sucrière de Kwilu-Ngongo entraîne le décès d’Ogilvie Longana, ingénieur en électricité qui a reçu une balle perdue au-delà du meurtre de Christophe Mbuilu. Ces habitants pointent du doigt ces policiers qu’ils accusent d’être à l’origine de l’insécurité dans leur cité. Willy Makumbani s’emploie à mettre les bandits hors d’état de nuire. “Je suis en train de travailler pour que ce réseau là soit démantelé”.

    Appel à la responsabilité

    Des dégâts matériels importants sont également enregistrés à l’issue de ces accrochages notamment le saccage de l’entreprise de distribution d’eau, l’incinération des documents au bureau de l’état civil de Kwilu-Ngongo, des documents scolaires au bureau de l’Enseignement primaire, secondaire et technique,… L’administrateur du territoire exhorte les habitants de Kwilu-Ngongo au sens élevé de responsabilité. “On peut revendiquer mais pas jusqu’à casser. Quand nous détruisons, nous sommes en train de nous détruire nous-mêmes. Si nous ne prenons pas conscience de nos actes, nous sommes en train de détruire notre pays nous-mêmes”, regrette-t-il.

    Dans l’entre-temps, les habitants de Kwilu-Ngongo ne souhaitent plus la présence des policiers communément appelés “Ujana” dans leur cité. “Ils font preuve d’un manque de professionnel criant, ils doivent être relevés de leur fonction. Nous sommes extorqués, tracassés. Dans notre quartier, ils ont tué un homme”, explique dépité un habitant.

    Articles Liés

    Stay Connected

    0FansJ'aime
    0SuiveursSuivre
    0SuiveursSuivre
    21,600AbonnésS'abonner

    Articles recents